( 7 mars, 2010 )

Entre 16 & 17

1617.jpg

LIVRE  1   saintonghif1.gif  LIVRE 2

LIVRE 3             LIVRE 4

  Sur le livre 1 Nouveau billet :

LE BITON , hommage à SIMOUNET’

douxmots.gif

Ce blog est la 3éme annexe des étoiles du patois  qui est un site dédié aux créateurs d’expression patoise de la province de Saintonge , d’hier et d’aujourd’hui . Le site ”étoiles du patois” est dédié à l’expression patoise afin que les créateurs y trouvent un moyen moderne de s’exprimer et que les amateurs de ce patois en disposent sur internet.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

( 5 janvier, 2011 )

La teré

Dau coumenc’ment à la moutié , peurmière chareuillé

Pour télécharger où   écouter cette relation en audio MP3  en un seul morceau de 8 minutes , cliquez sur le lien . 

Dau mitan jhusqu’ d’n'en athiuché l’rastant , duziéme envouéyure . 

 Bin renfermé en l’dar les murs en piâre , le porteau barré , le Chérentais peut repré ! Le vouéla abrié cheu l’y et creyez me qu’y s’en teurve dont bin beun aise . Me vouéla cheu nous ôtes ! Et y s’en feurgoune le bezot . Son vieux père s’en feurgounait la ceinture de fianelle , mé ol é pus d’mode asteur. Enteur thieu portau d’ porche et les batiments , qui séyissiant peur les ghens oub’ peur les beites ol a thielle piace : la cour . O z’y pousse dau pelon , les alé d’venue des mondes z’y décopant dés routins . La vachaille z’y épare dés bouses étout , l’cheun qui viroune à la ralette dau muret, coume in fou perdu, gose in ch’min qu’y n’en devint in gabot quand o mouille : « Les douves à fanfaron ! » Beurnentio , yabe de cheun, d’ quoué y chère d’son long et de s’nijhé !
Peurquoué étout que jhe vous teins à badé dans thielle cour , astour que, dans les chais , ol at- a vouére et …. à bouére ! Avoure que, dans l’héthiurie in beudé teute sa mère en touquant , que, dans l’tèt in beurjhoué chafré coume l’peursident d’la répubyique, beurdasse la pourte en foujheant dau musiâ . Coume déssit la veuille patroune , y l’aspyique la constitution  et dessit qu’o y en faut teurjhou mé ! Dans thielle cour , en pien mitant , ol a-t’in pouet et de cont’ , saré sus la marjhèle, in timbe . In citron d’out’ foué, en piare, aveuc la piace dau chet creusé sus in bout , bin coumode peur garer l’siâ!
In sarco thieuque chouse ….. fajhe , o m’sembye ! Dépeu comb’ d’an-nées, les mondes d’hity avant tiré d’l'ève à pien siâ , rempyi thieu timbre jhusqu’à bronzé. Les morlettes , les ch’vaux, les cheunes s’avant abreuvajhé là . Les drôles y’avant gassouillé et mé d’in n’en avant gagné thieuques dévir mouches . Les thiuves char’tières , les charrettes de fin oub’ de gherbes , les tomb’rau d’fian et thiés qu’étiant piens d’ jhoutes rabes oub’ de taupines, virouniant’ à l’entour, peur la drète oub’ peur l’oute main . Thiéllés rouelles , thiés les pés , thiellés tomb’rées athiuchées sus la sol, thyithyiant là in baurajhe de boune tare qu’o l’ engraissait les bouses . Les poules et les jhaus n’en faziant l’épari sans d’oubyié d’pouné zeu contribution : « Picoti picota leuve la quouète et pose zou là ! »

Tant é si beun , qu’asteur nous’ y vouéla !…… l’uvraghe des achets ajhidant , si n’on veulait point tri-ner dans la fagnâsse, d’la toussaint aux martarèches , o falait feire la teré ;

Ol é thieu que jhe voulais t-aspiyqué : lés teré . O s’fazait à la palouére , à la forche à formojhé et étout à la rabale . Vous carcinez point les sang, jh’éspyique : En pr’m'lojhe, o fallait dépiacré le pelon et la tarre qu’étiant encruchté sus les piâres. Pasque , la cour était piâré, en d’souc–créyiez pas ! Thieu qu’étit beuché s’trouvit apiloté la voure o l’enfarjheait pas l’passajhe.  O s’trouvait des thiubiâ et des casson , des rastes de piâre d’agyiuse , in piat qu’avit rasté d’ior et peté au yâ, ine bouquye de chaîne dés vaches , tout piens d’acri . Des cots, l’patron s’ébraillait : « té argarde vour qui l’é, mon vieux coutiâ ! Encouére ureux qu’ine vache se l’a pas fissé enteur les soteuilles ! ». D’ôtes cots o s’trouvait ine pièce de mounaie , bin souvent peurcée , tout jhuste boune à feire ine rondelle, ine thyiurette , des coqueuilles d’eûtras oub’ de mouquye . Toute thiés lés affeires qu’on chaffre : dau  « fumier d’vouésin », mé qu’y peuviant pas t’ eite garoché peur en sus la murette , à cause qu’en l’dar , ol avait pas d’vouésin et qu’ol était les eites de la meisson et que jhe sons pas des gorets . Aveuc ine raballe, bin souvent thièlle de l’éthiurie , n’on assembyiait le garet et l’chiffraye et jh’en couéffions les pilots d’ motes . Thieu rastait à cormé dans la cour tout au long d’l'hivar. L’harbe porissait sus pied ; L’ fret misait les motes et les teré s’aboun’zissiant . Les terés valiant point l’formojhau mais ol était bin bon d’azar, pien d’engrais vart, d’fumure et d’achets . Les pilots de thièlés teré étiant charghé et chareuillé dès c’que la sol s’trouvait roulabye , c’qué pas routinié en l’paysbas vour la tare é câline …. Chétie otout ! Le tomb’reau n’en peur’m'nait in tas, in arpent emprés l’oute et les ouches sembyiant le rouéyaume de taupas grous coume des beûs ! Amprés o fallait z’ou éparé , peuvez m’en crére qu’o sabye les abatis et qu’amprès n’ont peuvait s’veurluté avec les z’arthiules de la Marétay , Jh’gagnions vit’ment ine rouquille de colombart !! T’en répons

Asteur si in d’vous ôtes qui vint d’trouvé in tubia oub’ in far à ch’veau manghé d’ rouille dans la sol d’in renfeurmi oub’d'ine ouche, sus l’ bout dau villaghe, feit des acréres o sujhet d’ ine découvarte d’endret istouérique, dau temps d’Arivos. Peurez z’y feire à savouére vout’ « a demie ration » et z’y feire l’espyique que tout thiés les ragatons d’chails , de tubye et d’acrie que n’ont trouve sus la sol à l’urée dés villaghes ol é des thyiurures d’cour .Des teré ! Ol é pas d’la pré histouére mé ine histouére de pré !….. Oub’ de louin !

Un lexique des mots de cette relation est à disposition sur le FORUM . Y sont consultables aussi quelques indicateurs de  l’audimétrie 2010 du blog   » Les étéles dau patoués . »
Ce billet est le dernier de ce livre 3.  Les prochains seront publiés  à l’adresse suivante , que vous pouvez déjà  inscrire dans les préférés de votre navigateur  : Livre 4

Publié dans Audio-patois par
Commentaires fermés
12345...42
Page Suivante »
|