( 30 juin, 2010 )

Le masurau

dscf4159.jpg

Par le dâr d’ine palisse , à la  crouésé des ch’mins oub’ au creux d’in bas,  tout d’in cot , ine imajhe vint vous aguigner le thieur . « O faut meugnouné thiés mouments qui s’ensauvant oussitôt et que n’on revouéra yière qu’o cémentiere des photos (1)  » .  L’imajhe d’in biâ masurau m’a pothié le thieur thielle jhornée là . Jh’é écrisé à Maît’ Piâre :
Jhe seus chet sus ine veuille caburotte , nijhée-peurdue dans les veugnes . In masurau  d’aut’ foué  maçouné por l’ouvraghe de la veugne  coume o s’en vouet . Mé thieu là en  é in biâ , à n’y logher in ch’vau et ine thyiuve char’tiére , vour qu’ine éthyipe de copeur peuviant z’y feire la colation !  A l’agoût des tubyes , dés rousiers rôghes et jhaunes  avant  gravé t’au long des piares. O feit in jholi tabiâ, de quoué othiupé in pintureu de toéle .
Vouai …mé thiés biâ  bouqué mouétié sauvagheon, qu’aviant t-été piqué d’bille là , peur dézi quanque thielle acri de mid’you veuri feire de l’agât-à la veugne , s’avant enrolé jhusque sous les tubyes , dé-piacé les caurants   é l’ève a pauri les lattes , les chevrons tout coume le bout’ de la cadéne . La varéne dau  mur s’en teurve remouillée tout l’hivart et thieu biâ masurau va s’ébouillé bintoût , s’abrasé, chère à bas .  Thiés z’ éghiantiers s’rant déjha en piace peur fieuri  son  charcoi enroché  .
Ol é a cause que jhe n’en  fazi ine portraiture foutographique  et que jhe va n’en écrisé ine chansounéte sus l’ ar  d’ine oute   » la maison près de la fontaine  » qui me vesique  asteur en l’calâ  .]

Mait’ Piare a répouné :
Feugnant ! Feugnant moué ? et thieu ! Asteur si y cré que jhe va chanté …. peur qui  se foute de ma goule , y peut bader ! Vouéla les paroles,   dé …brouillez vous  !

L’masurau- au mitan des veugnes
é tout couvart de rouses -et de fieure d’éguyantié
les ghites à la valdraque s’avant’ enriboulées
ol é roughe – ol é bianc – tout mirolé
entour -ol éssame- o sent bon
l’paiyi -et la tare de cheu nous
on z’y venit’ out’ foué -peur z’y mangher-en thiés temps des vendanghes
Les feiyes coursées -de peur les gâs -aviant l’musiâ-forghouné de nohâ

————————————————

La touéture asteur s’en ébouille -les biâs ariantins-l’avant déteurviré
des tubyes sont peurties – l’pianché s’en teurve d’eite tout imbibé
L’écambouille – le yiâ et trot d’an nées
Sont maufasants
y z’ébouillant
nou masurau

(1)  Jolie phrase de Gilles Servat , mais pas en charentais , lui – ses amours sont    «  Breizh ». Et c’est pour cela qu’on l’aime !

2 Commentaires à “ Le masurau ” »

  1. Ajhasse dit :

    Ol est comb’lle jholi, prr sûr !
    O m’rappeule qu’à Mâthâ, ol avait ‘in jholi ptit ch’min qui s’app’lait « le ch’min dau mazureau »; il allait d’l'église de Marestay, jhusqu’à la route d’Angoulême voure qu’ol at la Croix . Asteur, ol at des maisons d’chaque coûté tout dau long, et les promiers z’habitants avant v’lu l’noumer « Rue de Chante alouette » ! O fait meu, m’en doute prr’ zeu !
    Est-tou pas d’maghe !…
    Réponse dau weeb maît’
    Si as’ment encouére ol éti chante calande ol arit qu’a d’mi maux !

  2. Jacques Machefert dit :

    Peur sûr que chanter dau Nino Ferrer, ol é point peur les feignants. Jh’adore thiette ricouène, mé jhe s’ris beun’ empeuné si o fallait zou chanter !
    Et créyez-vous qu’al é jholie thiette caburote, les drôles, si ol é pas domaghe de laisser thieu dans n’ine état d’minme, asteur, prête à chère à bas ! M’en doute qu’ol a seuvit d’nic d’amour à des foués. Thielles que jh’fréquentions du temps d’nout’ jhenesse étiant moins grousses… Jhe cause des caburotes, pas des drôlesses !
    Jhacques

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|