( 29 juillet, 2010 )

Le dail embalé

Amprès thieuques jhors à feugnanté , ol é l’moument d’r'prenre le manche aveuc  la cougnée(1) qu’ol a t’au bout’ .
 Pasque ol a t’in moument  qu’ol en a qui yiétant ( dau dépeu avriye ) ,vouéla  non point la cougnée , mé : l’dail.  Ine sotrance à Cadet , vour l’émit Compagnon , in biton des Touches  , ari t- ouvart au dail ine coulée(2) dau dépeu Bagnizeau  jhusque en Ré, en copant  les thiultures , les jhérdrins  et teurtout  de c’ qu’étit sus son ch’min . O s’dit que , de thieu moument , y f’rit l’tour de thielle ile en copant les  soteuilles des baignassous  . Éra t’y  jhusqu’à coper dau sârt(3)  dans l’ève ?

http://www.dailymotion.com/video/xe6vw5

Voici donc Entre « 16 & 17  » relancé après un petit repos .
Les prochains billets seront consacrés  au patois  des évènements de l’été . La Nine  à Poullignac , avec « Ol étit in jhérdrin «  .  Le fis à Feurnand , enregistré à Migron  chantant  » le pays bas à l’éspousition d’Cougnat « .   Ajhasse vous proposera une recette  de« Mijhot » et Célestin un conte de sorcellerie afin de préparer vos veillées de l’hiver .
Stimulez  et encouragez ce blog , n’hésitez pas à intervenir en nous soumettant des sujets et en participant aux commentaires .

(1) Ine cougnée : gros marteau utilisé pour enfoncer les pieux
(2) Ine coulée : passage long , rectiligne  et peu large. A ne pas confondre avec « ine rande » qui est un alignement , un rang .
(3) Dau sart : terme générique pour désigner les plantes aquatiques, mousses et algues.

2 Commentaires à “ Le dail embalé ” »

  1. Ajhasse dit :

    Ah Bravo ! Jhe seus estupéfactiounnée de vouér’ thieu l’houme, que jh’queneu un p’tit, manier l’dail de même ! Coume quoué, les ghestes ben appris s’oubliant pas.
    O m’rappeule mon grand-père Fédélis, boune ghens, qui fauchait l’garouillet, la seille, in p’tit d’luzarne…mais o s’en faut qu’il alle si vite !…Et prr’ l’ayuzaghe, I zou fazait qu’aveuc la piâre d’aiguise.
    La musique otout, jh’la queneu ben…et al est si jholie !
    Ol at qu’ine affaire qu’est b’d'maghe: est-ou qu’mes oumerolles marchant pu beun’, ou l’ouillette dau micro qu’est trop vieille, mais à des mouments, jh’arrive pas à tout comprend’, mon bon Célestin dans vos espll’ications ! O peutrole pas, O grésille pas, mais ol at quéqu’chouse qui grr’zole, prr’ sûr !
    Enfin…malgré thieu, ol est beun piaisant et intéressant. Marci don prr’ vout’ travail.

  2. Lamiraud Joël dit :

    Ine sacré courajhous thieu Marc.
    Su le tail, i menajhe point sa peine.
    Marci peur qu’thieu bon moument.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|