( 24 août, 2010 )

Arcette d’in bon p’tit collation.

La réfiéction t’à Rabistoque :
Thyitez me la paix aveuc la varidique ar’cette dau mijhot ! Des varidiques , des  coume o s’doét ,  jhe n’en queneu outant que jhe queneu d’monde qui fazant dau mijhot ! Avour, écrivez nous putôt  peur nous  aspiyqué que, thielle ar’cette moudarne de nout’ émie Ajhasse ,vous l’avez preuparé et qu’ol étit …..  Ol éti ……Coument éti tout donc ? Et coument le manghez vous , le mijhot , à la thiuyière oub’ à la forchette ?

mijhot.jpg
Le mijhot . Tradition culinaire des Charentes - Photo entre 16 & 17

 

Ah ! thielle chaleur !… Jhe seus napie !
Aneut, o fait encouère in chaud fou !
Ine chaleur à tond’ les poules !

A matin, jh’avons déjhouqué à 7 heures prr’ aller dans l’jhardrin jhusqu’à 11 heures.

Amprès, jh’avons feurmé les auvents, jhe sons rentrés, et jh’avons thieusiné, sincé la piace, piéghé le linghe…. Benaises, au frais.

Sitout le collation fini, O n’n’a in qu’a ronfllé coum’in goret, dans son fauteuil ; in’ aut’ qu’était bin sûr, su l’internet, et pis les femmes , ma feuille, ma nore et mouétout, jh’avons causé et peutuché …en écocll’uchant des mouc’lles prr’ faire ine boune sauce, de ser’.

Et v’là l’heure du p’tit 4 heures : le p’tit collation..

« Jhe vas te faire in mijhot » que jh’disis à mon p’tit fail, in grand yab’ de 19 ans.

— « Mais, qui dit, est-tou pas thiéque chouse aveuc dau vin ?…Va-tou pas m’effeurmigher ?… »

—  « Ah, tu penses ! Ol est pas thieu qui va t’rend’ malade ! In grand charcoi coume toué…

Ol at 20 ans au moins que jh’n’en n’ai pas manghé, et o faut qu’tu zou conneusses : songhe don à tes pépés et à tes mémés qui n’en manghiant pendant les mouéssons, les battaghes, pasqu’y travailliant dur thinze heures d’affilée à thielle chaudeur…et amprès, y chantiant coum’ des calendes… »

Et don, jh’ai préparé 2 bôlées : dau pain d’hier copé en mourçâs, in p’tit d’sucre nègre, in p’tit d’restant d’ « pétillant d’rasins » qui traînait dans thieu frigo, et ine boune rasade de vin roughe, pas tro quand même !
Vous parlez si ol est bon, thieu ! Thiau drôle a tout avalé.

—  « Ol a teurjhou pas d’saloperies d’dans coumme dans leu « coca », et o coûte pas pu cher.

Ol est vite fait, o rafraîchit, o fiatte le palais d’la goule, et o r’monte le thieur !

— Tu diras pas qu’ol est pas pu bon que vos « pains d’bagnards », vos « sandouiches aux saucisses en caoutchouc » et que toutes thiellés saloperies qu’la jhénesse d’aneut manghe, qu’o coûte cher, alors que les cheuns n’en veurriant s’ment pas ! Ah beurnocio ! »
Asteur, après thielle écriture que thieu mijhot m’a inspiratiounné, jhe vas r’torner à mon tail arracher des robardes, de la veurriée qui poussant dans mes fraisiers, sans parler des chardons et des sarbes !

Ajhasse

2 Commentaires à “ Arcette d’in bon p’tit collation. ” »

  1. ANDRE Nadia dit :

    Je le fais comme thieu mais sans le pétillant de rasin, seulement dau pain de la veille, dau vin roughe dau pays, si possibe, dau suc et de l’ève. Je mets le tout dans le frigo, le midi pour le souère et pis o rafraichit bein le palet de la goule.
    Boune ap’ti !

  2. Josette Guerin Dubois dit :

    Le mijhot…quand o fesait bin chaud et que mon père rentrait des métives ou bin qu’il avait manghé son saôul de poussière en déchargheant dau foin, y s’ fesait in mijhot dans ine assiette à calotte.Y l’allait d’abord au pouet tirer de l’éve bin fraîche.Dans soun assiette, y deursait trouès quate morciâs de suc et y veursait d’sus jhuste assez d’ève peur qui cheyant, après o l’était la minme arcette. Moué, quand jh’étis drôlesse, jh’aimais pas le vin roughe, – ol’a changhé astheure- alors ma mère me faisai in mijhot au vin bianc mais o y’avait mès d’ève et de suc que de vin…

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|