( 29 septembre, 2010 )

Peule corlasse

enseigne.jpg Une histoire qui a du piquant ,
 comme la moutarde charentaise (voir en fin d’article )

arbrez.pngarbredroit.pngLe père Beurton éti , asteur, en in mouveis charré . Quateurving diss’neû an-nées ! Encouére chéti coume in fouin , y n’éti peurtant pus yière maufaisant , avour y peuvi pu se grouillé , pu s’assi , pu se dépiéghé , pu manghé dépeu que son darnier chicot avi chét en soun’ assiette . Le veuzon v’ni de z’y chére sus l’calâ . L’y qu’avi in’euil de feurmé dépeu in coube de lune songhi :

—  Jhe seus rendu , jh’en é t-oyut mon content , jhe va feurmé l’out’ euil et jhe s’ri bazi ! Avant thieu, o fauri que jhe me fasse gosser ine bouéte à pu prés convenabye . Y l’envouéya soun’ arière p’tit fail teurché Peule-Corlasse le chérpentié-charon-scieur de long de la coumune .

Quant thieu vilain sujhet t’oyut passé l’seuillet , le pére Beurton z’y seugnifia :
— Vour en é tout de mon noughé que t’as foutu à bas ? É t’ y copé en pianches dépeu l’temps ?
— Vouais, al’ seuchant sous mon ballet
— Et moun érghent, seucheri t-y otout , d’azard ? Ol é m’en doute que t’attend que les cossons l’ayissiant manghé peur me bayé l’érghent d’ moun’ abre ?

« Peule-Corlasse » fazi la feugne , thieu sabiâ avi déjha gossé dans thiés les jholies pianches de noughé peur n’en feire in vaisseyié et in cabinet, o n’en rasti min-me pius in écopiâ et y l’avi manghé les sous, mé de troués cots, dau dépeu .
—Acoute me beun . Jhe m’en va bintout me gaghé fonctiounaire en l’paradis . Jhe feurme moun’ euil et me vouéla peurti de thieu monde . Toué tu vas m’afistolé in  « citron* »  aveuc dau biâ noughé. Feit me in jholi citron , bin copé , bin tarminé, tu songheras de l’ feire teurleusé aveuc de la cire d’abeuilles . O faut que l’monde se vouéyissant d’dans quant y passerant tout dau long . O faut des pougnés en érghent et in grous édeurdon en pieumes peur apoué mon charcoué . T’es payé t’à l’avance, pisque t’as manghé mon boué… et feit bin coume o s’douét , mes fails te carésseriant le ratiâ de l’échine si o seri que tu marcheri pas dret . M’a tu bin acouté , chéti t-areugne ?
Le vieux Beurton , o sère et sans goulebadé mé qu’o convint , fazi les darniéres ar’coumandations o seunes , bighi ses p’tits fails et ses p’tites feilles, sari la pougne de son gendre et d’son drôle , empyi ine bolée aveuc le piu gouléyiant dau vin bouché de la beunasse , et le bouévi d’in randon . Y l’oyut coume in ar’gret d’avouére point touqué l’verre aveuc ses gâs et y requoumencirant tous les  troués, en athiuchant la bouteille à thieu cot . Y s’éssujha les balots aveuc son mouchouére d’
pouche, fasi peuté sa losse en sa goule et ….. feurmi soun’ euil , le darnier .
O fallu que « Peule-Corlasse » s’éboughe, pasque les fis Beurton auriant venu le quéri par ine oumerole. Ol a coumencé peur in’ manière d’afrontaghe : Peule-Corlasse thiytta point son bounet et fazi pas son sine de croué quant y s’trouvi d’vant la goule de thieu paure définté !  Y sorti de sa
musette ine aspéce de corde embobiné sus in bout d’pianche et la dépiéghi d’ine épale à l’oute dau vieux Beurton , et y fazit in nouc . De thieu nouc y peurni la mesure dépeu les pés jhusqu’au calas et fazit in out’ nouc.
Peule-Corlasse rembobina le cordâ ,et r’torni sans débadé , la goule mouveise . Les fames de la veuillé étiant varte de poure et ol en a qu’avant éguaillé la compagnée aveuc l’ève beunite qu’éti dans in gaghe, por le père Beurton .
Ol a des chouses qui s’disant pas , pas o dret d’in mort , peurtant teurtous qu’étiant là songhiant que thieu Peule-Corlasse avi l’mouveis euil et devi eite endominé
dau mérot.  Si paraît qu’o s’ri pas étounant qui queuneutri dau sorcelaghe !
Peurtant o se passa coume ou faut . L’citron avi ine boune alure de çarqueuil,  en biâ noughé , briqué et fourgouné d’cire .« Peule-Corlasse » fasi bin souné son martiâ in p’tit mé que d’ besoin, en cougnant sus les quious dau couvarquye. Y l’a  étout ajhidé peur torné le bouéte à seurfin que les pés séyissiant coume ol adoune por thieu ghenre de vouéyaghe et y l’a tenu ouvart le battant de la pourte . O cimentère,  là otout , o s’passa coume o faut ! D’autant meu que Peule-Corlasse ne s’y teurvi pas et que les mondes n’en étiant soulaghés !

O s’passa beun ! Coume o convint dans nous vilaghes , o s’fazi ine ribotte peur la parenté qu’étiant v’nus de bin loin,  à des cots .
Ol é ine lune amprés qu’ol a coumencé , dans les peupions des Beurton , sus thielle urée de solouére.
Teurtous étiant poqués , les feuilles étiant vartes jhusqu’à la moutié des abres , en sus ol avit passé le feut’ dedans . Amprés o peurni dans la rande de poumiers des Beurton , o s’trouvi pu ine feuille sus le jhau, les poumes vartes rastiant encruchées et seuchiant , l’en-bas l’y, avi les fouillards encouére varts, mé les poumes étiant melés , les peupins m’en passiant quéyiment peur le travers de la piâ ! Les frâgnes , les oumiâs , les aghers des palisses aux Beurton seuchiant sus piace . Les noughés , les peurcetiés étiant pus que des ous de cadave au mitant des veugnes des Beurton.

In thiuré vint en beurcyquiette dau dépeu l’éyisse de l’évèque et y l’épari soun’ ève à grand cot d’goupillon, dési des meisses , souni les quioches , fazi des peurières de dévout’ment et n’en peuvant mé , se jhuchi sur son véloce peur se rende de vour qui d’veni sans d’oubiyié d’enfumayé les mouveis asprits aveuc ine mussette qu’o l’avi dau fein échaudé à breulé d’dans .
Pendant thieu temps , les abres de thielle paure famille Beurton se déperdissiant sus piâce . Ol é la vèye « Châtine » la dormeuse de Mathâ qu’a , in biâ jhor , oyut la compeurnance de thiés les maufasances

— Argardez , qu’al déci  , au mitant de thiès les bille d’arbe , ol a ine corde qu’é à l’attache ! Thiés abres s’trouvant étranyiés !
 Misère, teurtous aviant , ine sous-venteuriére de charve ! Ol en avi qu’étiant pas encouére bazi et qu’aviant ine corde quéyiment neu !
Copé me thieu !! copé me thieu , breulé z’ou !! Au feut , au feut , ol a yière rinque le feut peu tué l’feut !!
Peule-Corlasse fazi son baluchon et s’ensauvi , de quoué avi t’y le mé poure ? 
 Thièque abres avant repichouné , des nouviâs avant poussé . Mais ol oyut pus jhameis in noughé sus les tares des Beurton .
La vèye Châtine a beun ar’coumandé de teurjhau breûlé les cordes qu’avant mesuré la mort, tout coume thiéllés là des pendus et teurtous avant comprenu que si Peule-Corlasse ( souét disant ) avi feit outant d’agâs , ol é , beurnensio, qui n’avi point copé le cordâ amprès le darnier nouc , le bobinaghe s’en trouvit endominé tout dau long !!!

Célestin B

* Citron . Autour de Jarnac et  dans le pays bas charentais le particularisme « Citron » est employé dans le patois pour désigner le cercueil . Il est employé dans ce sens tout comme « çarcueil ».  Disponible , un  petit lexique des mots de cette histoire sur le forum.

http://www.dailymotion.com/video/xa2x1w

1 Commentaire à “ Peule corlasse ” »

  1. Michel Valière dit :

    Un grand merci pour cette page…piquante de moutarde de Gourvillette ! Formidable!
    cordialement

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|