( 14 octobre, 2010 )

Les Chérentaises

charentaises1.pngQui étout qu’à badé sa goule peur dési que nous Chérentaises , jhe sons bin d’dans, mé qu’o faut point sorti aveuc ? Ol é pas jholiment agréyiabe des réfiéctions de thieu l’acabit !
Moué , o ne me jhéne point d’allé quéri mon pain oub’ mon jhorneau aveuc mes chérentaises . Por sur que jhe seus b’naise de d’dans , qu’o séyisse les pés sous la tabye oub’ dans n’in supar-marché. Thiés les ceuses qu’o convint pas , y n’avant qu’a bireuillé mon chapiâ !

Ol é nout’ histouére à nous outes, les chérentaises ! Si o fallait ine chouse peur éparé combin les bitons de thieu long sont intélijhents d’ la tête , n’en vouéla t’ine ! Si o fallait t’ine preuve que jh’avons point rasté t’à badé jhusqu’à que les écolojhisses veniant nous faire dau preuchi preucha sus l’arçiquiajhe, n’en vouéla ine oute : Les Chérentaises !

Savau , m’en doute , qu’outes foués , tout dau long dau fieuve kanent’los o s’fazait dau papier . Peur maît’ thielle beurnée de pâte à papier à l’agoût avant qu’o n’en fasisse des feuilles, n’on les appouait sus des feutes de d’ laine . Quant thiés feutres étiant gueudé d’aive et d’babeluches de papier, o passait pu reun de part en part . Les chérentais qui gavagnant reun, avant sonjhé que pisque l’aive v’lait pu passer peur l’travers, thiés feutres feriant de bounes s’melles de sabaron . Coume les tis’rants d’ithiy, en thiés temps, ouvrajhiant des touéles en pour vitré les militares de la marine de Rochefort. O s’trouvait qu’a des mouments ol avait dau «  éssédents » quant l’armée avait pu d’erjhent . Déjhà ! En thiés temps !

Nos grands asprits chérentais avant alour oyut « l’eujhénie » de couduré thielle boune touéle bin châde sus les s’melles de feute. Maritait tout pas d’eite châffré des Chérentaises , thiés les chaussons !

Et meu que jhameis , meu que l’beure de bique et meu que l’feurmajhe de Roquefort , i z’avant oyut la boune manière de coper , de mé , ine losse de touéle en l’jha , jhuste sus l’châgnon dau pé ! Vouéla dont la p’tite affeire qui parafe les pius grandes éventions ! Vouéla bin la compeurnance éthiairée des bitons Chérentais : La languette des chérentaises ! Thielle qui opose que le boués des galoches veune te mauduré la viande , là vour qu’o feit tant d’maux , à la piéjhure .

Peur thiés qui veuderiant ine éspyique en French’ language , fourgounez dont vot’ souris sus thieu yien .
Et sonjhéz : Les chérentaises, si vous n’en veulez pas , thiytéz les  aux Chérentais , nous ôtes a nous conv’nant !

Armel vout’ sarviteur peur rempiacement

3 Commentaires à “ Les Chérentaises ” »

  1. Boulba T dit :

    Tu vois quand tu veux !! Bravo Armel! J’en attendais pas moins , très bon , bravo ! Encore

  2. DEVIOUS dit :

    Alors là, chapeau , vraiment j’aime beaucoup ! ça t’apprendra à ouvrir des topics sur les forums.
    Ils te payent combien chez RONDINEAUD . Tu es chaussé pour l’hiver , je crois . La prochaine, fais un billet sur le pineau et ….. invite moi à l’appéro . Bingo mon gas , c’est du tout bon !

  3. charentais dit :

    Merci Armel . Serieux coup de main ! Une porte viens de s’ouvrir , il faut un début à tout . J’apprecie , les chiens ne feront decidement jamais de chats !! ( en french language …???)

    Dernière publication sur Entre 16 & 17 : Charentais'ries juin 2016

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|