( 24 novembre, 2010 )

Le Pays-Bâtié

   Et la ville dédaigna peu à peu le patois , la ville se tourna vers une autre culture abandonnant en chemin l’esprit traditionnel . Le « paraître » y pris sournoisement la  première place dans la hiérarchie des valeurs . Le roturié se trouva bientôt isolé , moqué, dédaigné, partout, mais ici un peu plus qu’ailleurs . Le pays-bâtié regarda d’un oeil rageur  les « Monsieutrâs » costumés de ce monde du   »Négoce » et cette vie qui  lui semblait dissolue autour des chais et des barriques ou sommeillait béatement  SON COGNAC ! Une rage couvait , les vieilles rancunes  dressaient la tête . Il fallait percer l’abcès,  une tirade acerbe, des piques bien plantées  , tout cela en ce patois que le Cognaçais ne voulait plus entendre .
Ce monologue  de Bitou , c’est une pression qui s’échappe , rien à voir avec la part des anges. Une pression qui s’échappe qui soulage et s’oublie dans les vapeurs des alambics .

 

ATTENTION Les doux mots, nouvelle  version augmentée, en mise à disposition plus que jamais gratuite - 3.000 mots de l’oralité Charentaise  et bien d’autres dans les jours à venir ………  

      livre3.gifbiitouguymarquais.png  livre4.gif
Bitou-Guy Marquais d’après Georges Charpentier ( Gino)

Jh’seus-t-in pays-bâtier, ol é vrai, n’en dépiaise
à tous lés biâ moncieû qu’avant l’ar si beunaise,
Thyi f’zant teurtous leû pyote en vendant nout’Cougnat
mais teurvirant dau bet , s’on parl’ dau Pays-Bas

O y’é-t-apparament trop fagnoux quant o mouille :
In vrai pot à débouère ! In pacâghe à cagouille !
Voure o z’y botte hardi ! Bin sûr …. ol é fin bouê
mais la veugne z’y queurve… o gheul’ deux ans sus trouê !

Et peurtant dans thieu fié voure o faut dés échasses
vour’ reun z’y vint, qu’dés jhout’, dés sarb’ et dés loupasses,
jh’y ramassons dau bié et des tiarçons d’vin bian.
Dame, peur lés cots d’échine o faut pas feire sembiant !

Jh’sons des copeurs d’achets; jh’mangheons dés monghett’ piates
et jhe qu’neussons reun à reun ! Ol é thieu thyi nous fiatte….
S’o nous mache, en dés temps, jh’beuvons-t-in cot d’pineau
et jh’ creyions qu’tout va beun : Jh’lisons pas lés jhorneaux!…

Thieu et l’govarnement ol é d’la politique !
O faut ét’ d’in parti peur comprenr’ leû pratique,
tandis qu’peur feir’ dau bié ou b’n'él’vé in troupiâ,
in bon pézan suffit, s’rait’i dau Pays-Bas

Quant jh’formogheons l’bétiair’, paraît qu’o vous feit zire ?
Jh’creis point peurtant qu’la bouz’ peurrait vous enchouti
In p’tit d’mais qu’zou z’a feit le trafic dau troué-six.
Jholiment feriant meû de s’passé o léssi …

Quant jh’bouzons nous aireaux ou que jh’droguons la veûgne,
si jh’sons in p’tit fagnoux, ne fazait point la meûgne
et si nous poul’ s’peur’m'nant sus tous lés tas d’ fumier,
A valant beun lés vout’, d’la piac’ Françouè  Peurmier .

k.png

 

Leû pyote : Leur pelote  . Faire sa pelote, c’est s’enrichir .
Teurvirant dau bet  :
  Tournant la tête ,  mais en utilisant bet (bouche) , Bitou leur fait le reproche de parler en détournant la tête, sans soutenir le regard.
Fagnoux : V
aseux.
Pot à débouère:
Vase de nuit . Ceci en est l’appellation humoristique :  faire l’inverse de boire (bouère, dé-bouère)  Que l’on ne s’y trompe pas, Bitou ne s’amuse pas , il ressasse les réflexions blessantes pour les Pays-batiers qui lui sont servies à Cognac.
Pâcaghe à cagouille :
Terres humides où seuls peuvent survivre les escargots.  Encore une  autre vexation.
Ol é fin bouê :
Allusion à l’un des 6 crus de la région de production  délimité Cognac. Le Pays Bas charentais est dans l’aire  » fin bois » pour sa plus grande partie , les  » borderies » y sont aussi présentes, autour de Cherves Richemont  et Burie.  Cette carte des crus , en 1909 comptait, de plus, une septième zone: les  » premiers bois » dits aussi  » grands fins bois » dont s’enorgueillissait d’être le Pays- Bas. 
Thieu fié :
 Ce fief.
Dés jhout’ : 
Betteraves, mais aussi  bettes ( jhoute à farci ).
Dés sarb’
Des  ravenelles et/où moutarde des champs ,  dites aussi Rabanéle et  Rabanau , rabanâ.
Dés loupasses :
Des bardanes. Plus souvent entendu sous la forme lapace. Les terminaisons florales, ancêtres du « Velcro »  sont des armes de choix pour régler les différents entre filles et garçons.  Les garçons  les jetaient  ou les plaçaient dans les cheveux des filles.
Coppeurs d’achets :
Appellation souvent condescendante et que le Charentais s’applique en auto dérision. Littéralement: coupeurs de lombrics, pour désigner les paysans.
Leû pratiques :
Leurs façons de faire , de pratiquer.
Feit zire :
qui dégoutte ,  qui soulève le coeur. 
enchouti :
Salir.
Trafic dau trouê six  : lire [ici ] le billet de Jean Naud . Espérons aussi une intervention de Cosaque et de quiconque sera en mesure de nous éclairer ,   sur le forum , au sujet de ce trafic.
Jholiment : A le sens de beaucoup, nombreux.  
Léssi :
Eau chargée de cendres potassiques où de savon de Marseille , circulant sur le linge lors de la lessive.
Bouzé les aireaux :
Préparer les aires ou seront battus les grains , les enduire d’une couche de bouse de vache.
Drogué la veugne :
Appliquer les traitements phytosanitaires à la vigne. Sont appelées drogues, le souffre , le cuivre , le vitriole, etc….. . De la même façon , les médicaments humains où à usage animalier sont ainsi dénommés .
Françoué Peurmier :Le roi François 1er. Le personnage , statufié est tellement familier de la vie Cognaçaise que  Bitou le désigne comme s’il s’agissait d’un prénom et d’ un nom d’état civil  , avec un P majuscule à premier . Tout l’monde queuneu Monsieur François Peurmier , qui lojhe sus la piace dau mitan , t- à Cougnat’ !

Publié dans Audio-patois par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Le Pays-Bâtié ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|