( 7 juillet, 2010 )

La beurghère de Pons

Qui a dit, « nul n’est prophète en son pays » ?  Quand  un peuple s’approprie un texte , un monologue , une chanson  c’est là une superbe reconnaissance pour l’auteur  et quand ce peuple s’approprie , adapte , habille  et chante une chanson de l’un de ses bardes celui  ci devient vraiment prophète  en son pays  !  

Au hasard d’une veillée , une charentaise entonne une chanson un peu grivoise, mais  très fine , la dame est du canton de Pons et nous confiera tenir cette chanson  des vieux de sa famille . D’auteur inconnu dirons nous alors  ….  Alors  —–   et  jusqu’à retrouver un beau jour dans l’oeuvre de Goulebenéze , un texte , écrit sur l’air d’une chanson  aussi finement grivoise   » La double chasse de Pierre Jean de  Béranger ( 1780-1857 ) » dont il serait ingrat de ne pas vous offrir les paroles  : Allons, chasseur, vite en campagne ; du cor n’ entends-tu pas le son ? Tonton, tonton, tontaine, tonton. Pars, et qu’auprès de ta compagne l’ amour chasse dans ta maison. Tonton, tontaine, tonton. Avec nombreuse compagnie, chasseur, tu parcours le canton.  Tonton, tonton, tontaine, tonton. Auprès de ta femme jolie combien de braconniers voit-on ! Tonton, tontaine, tonton. Du cerf prêt à forcer l’ enceinte, chasseur, tu fais le fanfaron. Tonton,  , tontaine, tonton. Auprès de ta femme, sans crainte, se glisse un chasseur franc luron. Tonton, tontaine, tonton. Chasseur, par ta meute surprise,  la bête pleure ; on lui répond : tonton, tonton, tontaine, tonton. Ta femme, aux abois déja mise,  sourit aux efforts du fripon .Tonton, tontaine, tonton . Chasseur, un seul coup de ton arme met bas le cerf sur le gazon. Tonton, tonton, tontaine, tonton. L’ amant, pour ta moitié qu’ il charme, use de la poudre à foison. Tonton, tontaine, tonton. Chasseur, tu rapportes la bête, et de ton cor enfles le son. Tonton, tonton, tontaine, tonton. L’ amant quitte alors sa conquête , et le cerf entre à la maison. Tonton, tontaine, tonton.

Sous l’audio MP3 de notre inconnue chantant » la bérgere de Pons »   le visiteur trouvera des fragments du texte d’Èvariste Poitevin  et pourra en consulter l’intégralité dans le livre  » Goulebenèze , le Charentais par excellence , page 475 : histouére de chasse

1 er couplet : Viv’ les brr’jér’ d’Authon - 2eme : les brr’jér’ de Migron- Ensuite viendront les brr’jer’ dau canton – celles de thieulon , les dernières citées seront celles de Mont . Notre Pontoise  ne saurait être blâmée d’y avoir impliqué  ces voisines !

Avec ce billet ,  commence une petite période de vacances , nous nous retrouverons très bientôt avec beaucoup de plaisir . Boun’ été à teurtous !

1234
Page Suivante »
|