( 29 décembre, 2010 )

La poule

poule1.gifpoulefolle.gif Ol é pus quession dés poules de la piace Françoué Peurmier , mé bin de thiés là dés Chebinâ, thieu cot’!
Jhe vous peursente thiau biâ monde : L’y Gustin , m’en doute qu’à la mairerie ol é t’écrissé Augustin Chebinau. Lé, ol é Céstine , se peuri t’ou q’o vinri d’ Célestine ? Et bin sur , l’estranghé qu’é pas d’ thiau long , qui cause  apointuché et qu’a t’ine treumobile : In sotrâ danghereux , dont ! …Jh’avons yière b’soin d’ feire sa queneussance .

 Thielle histouére dau payibâtié BITOU  é copé t’en deuss’ , à cause que la dusiéme buffé  é in p’tit  » trop matisante » , seyéz n’en  z’aveurti ….. O s’ri putôt à cause qu’o loghi pas en rinque in moursiâ . Jh’avons feit 2 vouéyaghes . Le lexique de ce monologue est consultable sur le FORUM

Peurmière   buffé : tir de réguiaghe !

 

pouleaplumes.gif 

A peurti d’là o va avouére dés insultations et d’la violence sauvaghe. Ol é a vous de savouére si o faut copé l’poste oub’ mette le son châ p’tit !

2 éme veuzingué ,
 la vour’ Gustin sembye mé  in peurot qu’ine poule  !

 

De Bitou : La poule . Lors d’une édition de ce texte en 1970 , une revue a cru devoir préciser : Patois du Pays-bas de Saintonge ! Malgré ce genre d’ affirmation fantaisiste, le Pays Bas est resté, reste et restera sans doute jusqu’à l’oubli final de cette appelation , le Pays bas Chérentais . N’en dépiaise a thiés qui s’peurniant , déjhà , peur des géo maît’! …..   C R

Gustin Chebinâ habite sus l’bord dau chemin, in p’tit avant Saint Canet sus Gassouil. Sa méson é-t-au fond d’la cour et on la vouet pas trop beun à cause dau tas d’fumier. Son jhardrin é d’l'aute coûté d’la route . Ol é bin coumode peur sa malèsie qu’ a tout sous la main, d’pas éte d’obyighée de galoper ine tête de chou, d’la porée ou b’ n’in brin d’peursille. A c’t'heure ol é c’mode otout peur les poules de Chebinâ qu’avant jhuste la route à traveurser peur aller dau tas d’ fumier à ine pianche de salades.
Peur leû z’oppouser de tout mette à besat, i zou a renfeurmé aveuc dau treillis et il a-t-aquemodé in p’tit portillon thyi vire sus n’in thiu d’bouteille, aveuc ine beurlière peur le patter. Tout irait beun si Cestine, sa malésie, léssait pas teurjhou thieu portillon ouvart. Alors thieu paure malhureux a pus qu’a foute les poules au galop en s’ébrettant coume in peurdut :
― « s’ol é pas-t-ine engheance dau yâbe ! Créyez-vous, tout d’minme , qu’o n’en faut d’la patience peur pas pas zou veusinguer aveuc dau grous piomb ! »
Et dans thieu moument peursoune peurrait açartener que , dans l’calâ d’Gustin, la chebinelle fait pas partie d’la grouée. Chebinâ se soulaghe le thieur coume i peut , pasqu’à la méson o faut pas z’y compter. Sa beurgosse é si beun alossée qu’al a teurjhou l’darnier bet. O y’a biâ temps que thieu paure Gustin queneut qu’il a l’dret de s’taiser ; Que l’cheun ou l’mistut ou b’encouère le jhar…. peuvant avouèr raison, à des cots, mais jhamais li ! Thielle matinée, Cestine z’y dessit :
―  « Aneut qu’ol é Dimanche, vas dont beucher ton jhardrin, o te r’pousera. »
―  «Z’y vas, stit, o faut que jh’piante de la porée et o s’rit b’ temps-t-otout que jhe dounisse ine façon à mes monghettes. »
Sous l’ balet, i peurnit ine beudoche et in baquet, z’ou foutit sus soun épale et s’en allit dans son jhardrin. Beun entendu, i teurvit le kion ouvart et les poules en train de miser les laitughes poumées. Ol en f’lait moins qu’thieu peur z’y biber les sangs. La peutrasse l’empougnit ; i ramassit in chail grous coume son poing et les garochit tout à trat., que s’o n’en avit jhoint ine, al arit beugnée, vous en réponds ! O n’fazit que les évolagher et a s’envolirant sus l’ chemin.
Enfin tranquille, Gustin allit ramasser sa beudoche et coumincit a biner ine pianche de chicons poume en tarre. I v’nait jhuste de s’apercevouèr qu’ine garce de fumerolle y’en avit copé deux pieds quand il entendit bromer ine atomoubile thyi dévalait l’chemin à toute allure. Et pis o s’mit à corner et a faire gricer ses freins mais ol oyut surtout in brut thyi z’y fazit deurser la tête ! Et que vouéyit-i ?… In nuaghe de pieumes thyi ballait au vent !
I fuyit pas long à s’affuter. I sautissit sus l’chemin peur ramasser sa poule. Le chauffeur, li, avit arrété in p’tit pus loin et s’avancait à c’t'heure peur causer à Chebinâ. Gustin poussait des ébrets coume s’i v’nait de r’cevouèr sa feuille d’impousitions, chaffrant thieu l’houme de p’tits noms thyi sont pas dans l’armanat . I t’nait thielle poule à bout de bras, en huchant :
―  «  Ah ! Grand chétit ! Fumier d’lapin ! Artoupian dau yâbe ! »
―  «  Excusez moi, mon ami, mais je n’ai pas pu l’éviter. »
―  « S’ol é pas-t-ine pitié ! …. ine si belle volaille…. grasse à coper aveuc l’ong’ye ( ol étit ine veille poule couasse seucheraude coume ine borde d’ alouzâ ) qu’o y’a tant d’mau à z’ou faire v’nit ….. et qu’o coûte tant d’mounaie … au marché d’ Cougnat !! »
―  «  Je ne dis pas non, mais croyez moi je ne l’ai pas fait exprès. »
Coume thieu Moncieû avit pas l’ar de voulouèr se dincider à comprenre, Chebinâ créyit qu’en l’haraudant ol irait mêu.
―  «  N’en sait d’reun, grand maufazant ! Ol arit été in chrétien que vous l’ariez-t-ébeurné tout pareil ! Vouè …… »
En entendant thieu compyiment, l’Moncieû coumincit à froncer les usses et à se ghendarmer.
―  « Dites-donc qu’est ce qu’elles faisaient vos poules, sur la route ? »
Gustin se minfia d’avouèr peurcé trot avant et i répounit reun.
―  «Vous n’ignorez pas, sans doute, que vous n’avez pas le droit de laisser vaguer vos animeaux sur la voie publique et, qu’en conséquence, vous êtes responsable des dégâts occasionnés à ma voiture. »
Et coume Chebinâ à c’t'heure se taisait, le subiet copé, pus raide qu’ine éstatue et t’nant teurjhou sa poule à bout d’bras, le Monsieû z’y dessit :
―  «Ah ! Vous voulez faire le malin !!! Eh bien vous allez voir ce qu’elle va vous coûter votre volaille !
Chebinâ, accabassé mais point démonté, duvrit sa main et la poule chéyit sus la sole.

―  « Ol é pas la meun ! … stit . »

 

 

Publié dans Audio-patois par
Commentaires fermés
12345...42
« Page Précédente  Page Suivante »
|