( 21 décembre, 2010 )

Le balinajhe .

« Linçeu »  est le mot charentais légitime pour dire drap . Ces draps étaient de différentes qualités suivant les fortunes . N’imaginez pas de draps de coton dans les lits de nos roturiers Charentais, rêvez si vous l’osez de très rares draps de lin . Lorsque la langue française bouscula le patois de la façon que l’on sait, linceul fut mis en vis à vis de  notre linçeu et son image morbide ne fut sans doute pas étrangère à l’abandon de celui ci  pour  » balin « . D’autant que nombre de bitons étaient coutumiers du fait de coucher sur où dans des balins . Drap du très pauvre, en toile tissée très lâche et de fibres bon marché , la piéce de toile dite balin servait à quelques usages agricoles aussi bien qu’a garnir les « veures » paysannes . Plus tard les sacs pour les grains, décousus et assemblés entre eux ont remplacés les pièces de  cette toile dite quelques fois « de réparone » . René Ribéraud , le vieux Durathieur nous conte ici un usage agricole de ces « balins » Ce genre de transport était dit « Balinajhe », le volume du contenu transporté , « ine baliné ». Un lambeau de notre patrimoine immatériel transmis avec beaucoup d’émotion , car les images de la maman du narrateur revivent avec celles de ces balins .

http://www.dailymotion.com/video/xg5do9

Petit lexique  de cette relation : couyé : corne de bovidé, contenant de l’eau  pour mouiller la pierre à aiguiser (voir photo )  / in vouéyajhe burot: un voyage à vide / d’ corne en coin: points opposés en diagonale / dau fin : du fouin / dan l’ pianché : dans le grenier /  lisétte: Betterave /  a répiant : se détendaient - se calmaient / jhibé: Jouer de la (des) jambes – ruer /au kiâ : au fléau (voir photo).

 

 

Lés bâlin

Quant’ jh’ éti drôle, ma m’man copét d’ l’ arbe su thiélés bordure de route anveuc son dail qu’ a l’ avét bin batut coume o faût avant d’ parti. Oussitou thieû dail batut, a peurnét sa piâre à d’ aguiusé qu’ a pâssé bin coume o faût su thieû tranchant d’ dail peur enl’vé toute lés babluche de feûrâille que l’ martiâ avét fét su thieû tranchant de dail en tapant d’su. Ampré a saquét thiél piâre dan son couyé, qu’ avét dan l’ fond in p’tit d’ éve. Thieû couyé étét croch’té à la ceinture de sa jhupe ou beun à son d’vantiâ. In cot qu’ thiél arbe étét copé, a zou saquét su thieû bâlin, qu’ étét bin éparé a bâ su la sol. A n’ en fasét in biâ pilot peur pâ fére in vouéyajhe burot, pi en pu d’ mai, a l’ avét pri la peurcaution d’ nouqué dés ficélle au quate coin dau bâlin peur l’ agrand’zir. A peurnét don les deux ficélle qu’ étiant d’ corne en coin, a tirét tout s’ qu’ o peuvét douné en acachant beun dessu anveuc son jh’neuil. A fasét in biâ nouc, en peurnant la peurcaution de fére ine bouqu’ye, peur qu’ o s’ démanche coume o faût quant’ a veurat zou vidé. A saquét thiél bâliné piéne coume ine œû à deux jhaune su sa borouétte à deux roue, qu’ a l’ avét fét v’nit de Manufrance. A l’atachét thiéle pougnée d’ borouétte dâriére sa veurciquiétte, pi la v’lat peurtit tan qu’ o peuvét douné, peur zou enm’né à sés vache, peur qu’ a zou manjhiant. Passque bin entendut, maî thiélés vache manjhiant, maî a pissiant d’ lét !

Thiélés bâlin étiant emplouéyé peur trimbalé tout s’ qu’ étét pâ trot lourd bin entendut. Enm’né dau fin dan la barjhe à fin, monté dan l’ pianché dés bale, pi dés courte paille, qu’ étiant prise dâriére la bateuse peur lés batrie. Thiélés bale, pi thiélés courte paille étiant mélanjhé à thiélés lisétte quant’ a l’ étiant misé dan ine bassée, o beuvé l’ jhu d’ thiélés lisétte. Thiélés bassée étiant douné aux vache peur lés othiupé in p’tit, quant’ o folét lés tiré, coume thieû a répiant in p’tit maî, pi a sonjhiant bin moin à jhibé. Thiélés bâlin quant’ i l’ étiant bin éparé coume o faût su la sole, sarviant otou à zy saqué dessu d’ la gueurne de sainfoin ou beun dés monjhétte seuche, o l’ étét batu  au kiâ, pi réthiupéré, pi pâssé au molin à venté peur enl’vé toute lés babluche.

Thiélés bâlin fasiant deux méte su deux méte, o l’ étét d’ la touéle de sache. O l’ en at quyi zou fasiant en copant dés sat’ de touéle. 

René Ribéraud

Publié dans Audio-patois par
Commentaires fermés
12345...42
« Page Précédente  Page Suivante »
|