( 15 décembre, 2010 )

In galant si sot !

amoureuxdebgautier.pngDu tiroir du buffet , Jacques Fouasseau  extrait un feuillet , ou il y a quelques décennies il avait noté une histoire patoise . Il a bien fait car il ne sait plus maintenant ni qui en est l’auteur, ni dans quelle bouche il l’a entendue (1).
Jeannine Émerit (de Sonnac) raconte cette histoire pour le plaisir de ses amis. Elle l’avait raconté pour la première fois, à l’âge de 14 ans, au mariage de son frère, il y a quelques 70 ans, dit elle . Cela ramène au début de la seconde guerre mondiale.

Reconnaissons dans cette histoire une création féminine :
Un homme aurait il transcrit avec tant de finesse les réactions de Mlle Zéya et cette gaucherie du « biton de nos campagnes » ?
Qui mieux qu’une femme aurait dénoncé aussi finement cette inconsidération d’alors, faite de la gent féminime … ( fis uniques tous deux, … à part li qu’a ine sœur in p’tit pu jhène…!).

Tout comme un napperon de dentelle sorti du fond de la boite «  à uvrajhe » et que les mites des jours passés ont insidieusement troué , « in galant si sot » va être « rapetassé » par Michèle Barranger. Repris au crochet , maille par maille, suivant le « patron » des deux modèles remis à la lumière des années 2000, le voici donné pour vous……. p’rr Ajhasse !

(1) Un « topic » est d’ores et déja ouvert sur le FORUM pour exprimer vos idées et considérations sur ce sujet .

http://www.dailymotion.com/video/xg3vse

 

Mais qu’ai-jhi don fait au bon Yeu prr’ avouèr’ in galant si sot ?!… 

Jh’en brailleris, t’nez mais thieu f’rait point qu’y s’rait pu fin et encore, s’y v’lait d’moué prr’ malaisie, malgré tout, jh’ z’y pardouneriais d’êt’ de mèime…Tout l’monde peuvant pas être ben éducatiouné…
Mais asteur, y voudra pas, et pis tout thieu, étou pas d’sa faute pardi ?…
Ol at’in moument qu’son monde et l’meune étiant ben dau même avis, qu’in mariaghe entr’ leu fi Jhustin et moué pouvait pas meu câdrer.
Jhe sons vouésins, d’la méime même âghe, fis uniques tous deux, ( à part li qu’a ine sœur in p’tit pu jhène…)…Jh’avons ine veugne qu’aboute su leu luzarne, in foussié mitouéyen, des mouéyens d’chaque bord…
Ah ! jh’n’en ai l’thieur aussi groû qu’in bot-rond !

Ol at’ in moument qu’o zeu trotte dans la tête à la maison. Et coume a dit ma mère, « quand ine drôlesse attrappe ine çartain’ âghe, al est mè à la charghe qu’à profit : o n’ est point d’elle coume de l’eau-de-vie, a ne s’embounzit pas t’en vieillissant »  !
On a biâ dire que l’arghent fait pas l’bounheur, mais quand on a 50 et thièques téites de bêthiaire dans  soun’ éthiurie et cent jhornals de terre au soulail, on peut ben écouter chèr les gouthières, mais peur êt’ si niquedouille !..
Jhe pensais : « ol est p’tête ma goule qui zy convint pas… », et peurtant, quand y m’argarde, y rouille des zeuils coume in luma qui manghe ine feuille de jhoute ! Et pis enfin, seus pas si mal de ma peursoune et peur c’qu’ol est d’brocher des chausses, couler la bughée, faire la thieuzine, jhe n’en crains pas yère…

Oh ! Mais qu’ai-jhi don fait au bon Yeu prr’ avouèr’ in galant si sot ?!…

O fait don qu’in biâ tantôut, il’invitiant Jhustin et toute sa maisounnée à déjhuner chez nous. Il’aviant mis Jhustin à coûté d’moué coum’ de jhuste. Et ben, zou crérez –vous,… il a pas dit in mot ; il a pas ouvert la goule durant tout l’repas ! O n’n’at qu’ariant dit : « Et beun, coule-tou mam’zelle ? » ou beun : « Va-tou, l’ap’tit ? »…ine parole aimab’lle…mais non ! Il a reun dit. Le nez dans soun’assiette en enfiant l’échine y mangheait tout châ ptit en baissant l’calas coum’ine oueille malade.
Amprès déjhuner, ses parents et les meunes s’en sont allés à l’éthiurie peur vouér’ in jheune bedet , ( tout thieu prr’ nous laisser jhaboter à nout’ aise, zou’ai ben compris !) Et beun, Jhustin v’lait s’en aller avec sa mère !…
–« Pauv’ p’tit sot, qu’a zi décit, reste don à t’nir compagnie à M’zelle Zéya » !
Jhustin s’asseyit point trop près d’moué , et y s’mettit à roller ine cigarette. Et y disait teurjhou reun !
Prr’tant, pas vilain garçon, et biâ gars : des mains larghes coume des badrâs , des pieds de mèime, ine jholie téite, belle chevelure, la barbe épaisse, et thiette moustache frisottée, couleur de pouèls de goret…   Jhe zi dis :  » In biâ temps, aneut !  »  ;  Y dit : « oui“

O coumminçait’à m’échauffer la piâ, moué qu’ai pas la losse dans la poche de mon d’vanteau. Au bout d’in moument, tot d’in cot jhe m’app’rchis d’sa chaise et z’y décit dans l’tuyau d’l’oreille :
-« Monsieur Jhustin, savez-vous que vout’monde et le meun’ veudeuriant que jh’nous nous marissions tous deux…Et que pensez-vous d’thieu ? »
Thieu gars devint pu roughe qu’in pabou, m’argarde et décit :
«  Et beun, dame, stelle, et vous ?… »

Enfin, il avait causé ! Il avait désserré les ballots ! Il avait ouvart la goule ! Et jhe n’sais pas peurquoué, mais, si contente de y’avouer’ arraché ine parole, jhe m’levis d’ma chaise et jh’le bisis in biâ cot d’allée d’venue su ses 2 jhottes. !
Ah !!!!!! Malheur !!!!!Qu’est-tou qu’jh’avis pas fait là ?…
Mes paur’s émits, thieu gars fazit in bond su sa chaise coum’s’il’avait’été fissé peur ine abeuille et y peurnit la porte d’in randon, et me laissit toute hontouse de thieu que jh’venis d’faire là !
Et beun’,… jhe creis ben que jh’sons pas prêts à nous marier tous deux asteur…Et dire qu’o cadrait si beun !

Mais qu’ai-jhi don fait au bon Yeu prr’ avouèr’ in galant si sot ?!…

Publié dans Audio-patois par
Commentaires fermés
123456...42
« Page Précédente  Page Suivante »
|